DECOUVRIR > Histoire > Edifices remarquables de Peyre

Edifices remarquables de Peyre




. L'EGLISE TROGLODYTIQUE St Christofol de Peyre


Inscrite à l'inventaire des Monuments historiques, l'ancienne église de Peyre a été fortement remaniée au fil des siècles. La nef, orientée est-ouest, à la forme d'un rectangle dont le nord est constitué par le rocher de la falaise contre lequel s'appuie l'église. La base du mur sud est d'époque romaine. Le clocher, classiquement de plan rectangulaire, est en forte saillie au sud de la nef, seul endroit où il pouvait être bâti vu la configuration particulière de l'église plaquée sous l'auvent rocheux naturel. Face à la vallée, dans la partie inférieure du clocher, on peut observer une fenêtre gothique (XVe siècle), la plus ancienne de  l'église qui a été conservée. Cette église rupestre romaine, en partie ruinée pendant les guerres de religion, a été fortement remaniée entre les années 1594 et 1773. L'église a été judicieusement aménagée et fortifiée dans ses parties hautes pour servir de refuge à la population de Peyre. Selon une tradition locale, quand le village était attaqué, les Peyrelins pouvaient pénétrer à couvert jusqu'à l'église par un système de communication de maison à maison.



Le système défensif de l'église était complété par de petites ouvertures de tir disposées sur trois niveaux sur la face ouest du clocher, du côté où les assaillants se présentaient pour attaquer l'église. C'est en 1673 que Jean Farriere, maçon de Saint-Georges-de-Luzençon, va construire la partie haute du clocher avec sa grande ouverture pour la cloche et mettre à niveau les murs voisins de celui-ci en y perçant les « canonnières » que l'on peut encore voir.

L'église de Peyre offre de nombreux particularismes liés à son emplacement sous un auvent rocheux naturel au pied d'une falaise et à la présence d'une source qui la traverse. S'il reste peu d'éléments de l'église romaines, l'église de Peyre, par ses aménagements défensifs relativement modernes, témoigne du fort climat d'insécurité qui régnant sur les rives du Tarn à l'époque des guerres de religion, où les catholiques se trouvaient alors en difficulté à cause de la proximité de Millau, fief protestant.

A gauche de l'oculus (mur ouest), lointain souvenir des rosaces gothiques des siècles précédents, la grande bretèche qui surplombe la porte de la nef en assure la défense. Lors des récents travaux de restauration, l'on a retrouvé dans les partie haute de l'église, une grande quantité de galets du Tarn amassés par les habitants de Peyre pour être, en cas d'attaque, utilisés comme projectiles et jetés à travers la bretèche et l'assommoir voisin.

La partie haute de l'église, uniquement réservée à la défense, était accessible par une porte située en hauteur. L'escalier actuel paraît moderne et il est probable qu'une simple échelle permettait jadis aux habitants d'atteindre leur précieux refuge. Cette porte est elle-même défendue par un autre ouvrage fortifié situé au-dessus, contre la paroi rocheuse. C'est aussi une bretèche soutenue par un arc très plat, en bande, dans lequel on peut voir, bien que bouchée actuellement par deux pierres, l'ouverture destinée à lancer les galets ou à tirer avec des mousquets.

A la fin des années 1980, deux associations (Sauvegarde du Rouergue et les Amis du Château de Montaigu) ont réalisé des travaux de confortement et de rénovation  permettant de sauver cet édifice de la ruine.


En 1998, la Communauté de Communes Millau Grands Causses s'est rendu acquéreur de l'église et a réalisé des travaux de préservation et de mise en valeur : couverture du toit en lauzes, création de vitraux contemporains … Enfin l'éclairage et le chaulage de la voûte permettent aujourd'hui l'utilisation de ce bâtiment pour des expositions d'artisanat d'art.
 

Les vitraux de l'ancienne église ont été réalisés en 2001, par Emmanuel Chauche, maître verrier à Millau. Cette conception originale est inspirée de la configuration initiale du lieu : orientation sud, ruissellement de l'eau de pluie par les ouvertures et les infiltrations à travers la roche, aspect mi-grotte, mi-église, différences de niveaux, cheminement entre les salles, escaliers désaxés … L'artiste a eu l'idée originale d'associer des gouttes de cristal, riche en plomb (60%) de couleurs différentes (blanc-rosé, jaunes, bleutées ou vertes), et du granit, pour créer de véritables sculptures de lumière.


Plus récemment, en 2010, l'escalier qui mène au jardinet ouest de l'église a été aménagé en pierre, les murs ont été remontés et une rampe en métal forgé a été posée sur le pourtour du jardinet. Les travaux ont été réalisés par la Communauté de Commune Millau Grands Causse selon les plans établis par Monsieur Louis CAUSSE, Architecte des Bâtiments de France.



Sources :
Guide/découverte PEYRE : avec l'aimable autorisation de la Communauté de Communes Millau Grands Causses

Association « Sauvegarde du Rouergue »


. L'EGLISE paroissiale St Christophe de Peyre : de la construction,  en passant par les travaux et les rénovations


1857

Le 4 octobre : les membres du Conseil de fabrique s'engagent à payer l'architecte qui serait envoyé sur les lieux pour constater que l'église actuelle est insuffisante pour la population, insalubre et irrégulière. Ils émettent à nouveau le vœu que le conseil municipal soit assemblé au plus tôt pour voter les fonds nécessaires à la construction d'une nouvelle église puisque celui-ci avait reconnu en début d'année cette nécessité.

1858

Le 3 janvier, les membres du conseil de fabrique ont délibéré sur la nécessité de voter l'aliénation de la vieille église ayant considéré
1. que le conseil municipal … avait déjà voté l'aliénation de la dite église de Peyre
2. que l'église actuelle n'offre rien de remarquable pour être conservée et que d'ailleurs le produit de la vente de la dite église offrira quelques ressources pour la construction d'une nouvelle église ont tous voté l'aliénation ou la vente de l'église actuelle …

1862

Par lettre du 22 mai, la Vicomtesse de Gualy annonce à Monsieur le Curé et l' »autorise à faire savoir à qui de droit » qu'elle « donne le terrain nécessaire à son emplacement », ainsi que le désire la population de la paroisse

1863

Le 1er novembre, la fabrique, en vertu de l'ordonnance de Monsieur l'Evêque, a été d'avis de prier le conseil municipal de prendre une délibération tendant à vendre du communal de Peyre pour achever la construction de l'église.

1865

23 avril, dimanche de quasimodo, les fabriciens de l'église de Peyre ont accepté l'offre faite par M. le Vicomte d'Albis de Gissac de se charger de l'ornementation de la chapelle dédiée à St Joseph, c'est-à-dire de l'autel et de tout ce qui concerne son ornementation, du vitrail de la chapelle en verre de couleur et personnage du milieu.

1866

8 avril, dimanche de quasimodo … les fabriciens de l'église de Peyre ont accepté l'offre faite par Monsieur Jean Joseph Lavabre de Peyre de se charger de l'ornementation de la chapelle dédiée à la Sainte Vierge, c'est-à-dire la confection de l'autel et de tout ce qui concerne son ornementation, du vitrail de la chapelle en verre de couleur et personnage du milieu.

1867

28 avril, dimanche de quasimodo, le conseil de fabrique de Peyre … a reçu communication de l'état des dépenses faites par Monsieur Joseph de Gissac pour la chapelle St Joseph, érigée dans la nouvelle église, qui se portent à 1618 francs, après avoir accepté les conditions imposées par la fabrique lors de la concession du banc …

18694 avril, dimanche de quasimodo, les fabriciens de l'église de Peyre  … ont procédé à la confection du budget pour l'année 1870 … il a été constaté que les dépenses pour l'année 1870 s'élèvent à 259 francs reste 68 francs qui seront employés à la confection de la chaire à prêcher de l'église qui n'en a pas.
1874Monsieur le Curé Balitrand Basile nommément député par Monseigneur l'Evêque, en date du 19 août, à l'effet d'ériger le chemin de croix dans l'église de Peyre, avons procédé à cette cérémonie (signé : Vivier, curé de Peyre).
1875

4 avril, dimanche de quasimodo, les fabriciens … ont constaté que les dépenses ont à peu près absorbé les recettes portées au budget moins 10 francs joints au reliquat des dons faits pour l'achat des stations qui « nous ont permis de les acheter dans le courant de l'exercice qui s'achève aujourd'hui ».


1875

Installation de la petite cloche « ORA PRO NOBIS »
Don des paroissiens de Peyre – fabriquée à Rodez par TRIADOU-CAZES-POURCEL

1918

Installation de la grosse cloche « JEANNE d'ARC »
Parrain : Abbé Lucien Miquel – Marraine : Aurélie Marques – donateurs anonymes

1945

Réparation de la rosace de St Christophe et pose d'un vitrage extérieur de protection,  financées par la paroisse

1955

- Réfection totale de la couverture de l'église, financée par la commune
- Achat de bancs d'occasion provenant de l'église St Martin de Millau, financés par la paroisse (Père Alran, curé de Millau)

1975

Recrépissage des soubassements et peinture des murs (Père Delpal, prêtre retraité, chargé de desservir Peyre)
Travaux financés par une souscription et par la paroisse.

1989

22 juillet, installation de la Croix à Ségonhac face au village par un groupe de Peyrolins,
financée par un mécène local et bénie le jour de la St Christophe par le Père Delpal

2005

Réparation de l'ancienne horloge découverte dans un coin du clocher par 2 membres des « Amis pour la Sauvegarde de Peyre » : Jean Fabre et Didier Bompar. Elle est actuellement exposée au fond de l'église.
Réparation de la pendule « œil de bœuf » par M. Marty.

2006

Installation de l'horloge électrique et du mécanisme de sonnerie des cloches (angélus, carillon, glas) financés par 42 donateurs résidants ou originaires de Peyre, les Amis pour la Sauvegarde de Peyre et la commune (TVA).
Circuits électronique et électrique détruits par la foudre début juillet.

2007

29 juillet, fête de St Christophe : inauguration
- de la nouvelle toiture et du clocher refaits à neufs suite aux dégâts de la foudre en juillet 2006
- de l'horloge électrique et du mécanisme de sonnerie des cloches

2008

Réfection du parvis ouest, rampe d'accès sud – travaux financés par la Communauté de Communes


2009

Aménagements paysagés côté sud réalisés par la commune avec le concours de la pépinière départementale du Conseil Général

2009

26 juillet, fête de St Christophe : inauguration de la verrière de la façade ouest et de l'imposte dessinées par M. Causse, architecte des Bâtiments de France et réalisées par M. Laurens d'Onet le Château. Ce projet a été initié et instruit par les Amis pour la Sauvegarde de Peyre en collaboration avec la commune. Son financement d'un montant de 9981.88 TTC a pu être réalisé grâce à des subventions accordées par : Conseil Régional, le Parc Régional Naturel des Grands Causses, le Conseil Général via 1%A75/Eiffage, le Crédit Agricole de Millau, la mairie (TVA) et les Amis pour la Sauvegarde de Peyre.

2009

Réparation de 2 vitraux (rosace St Christophe et côté sud-ouest) : 959.89€ TTC, financée par la paroisse et les Amis pour la Sauvegarde de Peyre ; la mairie prend en charge la location de la nacelle.

2014

L'association CANDELA (dissoute fin 2014) finance la porte intérieure en bois.

2017

Rénovation du tambour


Selon recherches effectuées par :

l'Abbé Christophe Battut
et
Pierre Gastal,
Président d'honneur des Amis pour la Sauvegarde de Peyre



. LE FOUR COMMUNAL de PEYRE


Si plusieurs maisons accolées à la falaise possédaient leur propre four à pain, Peyre s'est doté d'un four communal qui est situé au milieu du village, non loin de l'église troglodytique, et qui a donné le nom à la calade qui descend juste à côté.


Il est adossé à la maison voisine et on retrouve l'architecture traditionnelle : extérieurement une voûte recouverte de lauzes en forme de semi-coupole. Cette couverture protège la chambre de cuisson (le four proprement dit) qui est voûtée en pierres réfractaires. La chambre de cuisson est précédée du fournil sur les côtés duquel est bâtie une banquette de pierre. On y déposait les miches de pain rangées dans les paillasses. La sole (sur laquelle on dépose les pains à cuire) est également en pierre réfractaire et de forme ronde. Une barre en fer enfilée dans des encoches maintient la porte en fer qui ferme la « bouche » du four.



A l'heure actuelle, le four de Peyre est encore en très bon état et sert deux fois par an à la cuisson du pain :
- le 1er mai, lors de la Journée des Associations
- vers le 20 juillet pour la Fête du pain

Des bénévoles de l'association Tarnaval perpétuent la tradition et y font cuire deux fournées de 25 miches chacune.



Après la cuisson du pain, le four accepte plats, tartes, pizzas, terrines, etc… qui bénéficient de la température résiduelle du four pour cuire et/ou mijoter les mets. 


Toutefois avant de pouvoir déguster ce pain cuit au feu de bois (à ne pas manquer !), il faut entamer la chauffe du four progressivement la veille et ceci pendant 12H pour atteindre la température idéale de cuisson de 240°. A cet effet, il ne faut pas moins d'un demi-stère de bois.



. L'ECOLE COMMUNALE de PEYRE


Peyre eut une école dès le XVIII° siècle. Elle était tenue par le vicaire.
Ce n'est qu'au XIX° siècle que le village disposa d'une école publique tenue par des enseignants, mais dut fermer en juillet 1967 faute d'un nombre suffisant d'élèves.


Les salles de classe étaient situées dans le bâtiment qui abrite actuellement d'un côté la Salle Communale et de l'autre la salle d'exposition de l'atelier de poterie Terralhas.


La terrasse attenante tenait lieu de cour de récréation.


A l'heure actuelle, les enfants et jeunes du village sont scolarisés notamment dans les divers établissements de Millau.


Réalisation : Angèle HATSCH, habitante de Peyre – août 2014 / photos : Jean-Paul HATSCH


 
Service proposé par Smica - Powered by MagicSite